Menu
Cimetière de Trains à Uyuni - Bolivie - The Vanilla Ducks
50620
post-template-default,single,single-post,postid-50620,single-format-image,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland shared on themestotal.com-ver-1.8.1, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
cimetiere-cementerio-cemetery-trains-trenes-uyuni-bolivie-bolivia-urbex

Cimetière de Trains à Uyuni – Bolivie

Arrivés la veille au soir à Uyuni, directement depuis Oruro, la nuit est tombée rapidement et nous nous sommes organisés en courant sous les pluies diluviennes, sautant d’une agence à l’autre et essuyant quantité de refus face à des tours déjà bookés depuis longtemps. En effet, la période touristique bat son plein en ce moment (février) car le salar (le désert de sel) accueille un phénomène récurrent chaque année : avec les pluies qui tombent ces temps-ci, celui-ce se transforme en immense miroir d’une surface de milliers de km2 !

Nous réussissons enfin à trouver un accord avec une agence qui ne nous semble pas des plus dignes de confiance, mais au moins avons nous rendez-vous. Plus qu’à trouver une chambre pour la nuit parmi tous ces hotels pleins de touristes asiatiques.

Historique des trains boliviens

Quand le soleil se lève, la pluie s’est arrêtée depuis longtemps. La ville d’Uyuni est très à l’écart des autres villes de Bolivie, et les ravitaillements sont d’autant plus rares que les banques sont vides. Nous attendons donc plus d’1h pour retirer  assez d’argent pour la suite du voyage.

Nous voici enfin sur la route pour le Cimetière de Trains.

En effet, Uyuni, située dans la région minière de Potosí, est placé près de la frontière avec le Chili, et constituait une plateforme d’échanges importante entre ces deux pays. La crise du minerai et les tensions politiques avec le Chili (la Bolivie désire retrouver son accès à la mer, perdu à la fin du 19e siècle) ont fait de Uyuni une ville abandonnée. Celle-ci renait peu à peu avec l’avènement régulier de touristes venus découvrir le fameux Salar, et avec le passage du Rallye Dakar dont le désert de sel constitue une étape importante.

Visite du Cimetière des Trains

Maintenant, ces locomotives qui avaient effectué des milliers de kilomètres sont laissées à l’abandon à un endroit situé à 3 km du centre ville de Uyuni. Elles ne tireront plus jamais de trains, encore moins du fait de leur état de délabrement avancé. En effet, entre les pluies diluviennes qui tombent chaque année dans la région, les vents qui soufflent de toute leur force sans rien pour les arrêter et le sel qui s’élève du désert proche, le fer de ces machines a fort à lutter.

Nous voici donc au milieu d’autres dizaines de touristes venus pour la même chose, prendre des photos de ce cimetière de trains, voir l’abandon de ces machines qui ont su servir les hommes et qui sont laissées maintenant aux soins des éléments après avoir été consciencieusement désossées par la population locale.

Ça reste impressionnant de voir cette ville d’acier rouillé, détruite peu à peu par les conditions météorologiques en furie.

Michaël Fremaux

Photographe, blond, barbu à mes heures, 10 000 envies à la minute... J'essaie de les réaliser au fil de mes rencontres.

No Comments

Post a Comment

giay nam depgiay luoi namgiay nam cong sogiay cao got nugiay the thao nu